Numéro 27 – février 2013

 
 
 

 

Effets des dispositions obligatoires en matière d’efficacité énergétique sur l’industrie canadienne de la construction en bois d’oeuvre

 

©Thinkstock 2013

Au Canada, deux méthodes peuvent être utilisées afin de s’assurer qu’une maison en bois rond respecte les exigences préétablies (codes du bâtiment national ou provincial) en matière d’efficacité énergétique : la méthode prescriptive et la méthode fondée sur la performance. La méthode prescriptive énonce clairement les normes minimales à respecter pour chacun des composants et celles-ci doivent être appliquées. Aucune détermination ni modélisation n’est requise, ce qui en facilite l’emploi. La méthode fondée sur la performance établit des niveaux minimaux de résistance thermique, et leur application revient à chaque constructeur – on peut utiliser une vaste gamme de produits et pratiques de construction pourvu qu’ils soient conformes aux exigences en matière de performance. La preuve de conformité exige une modélisation informatique de la consommation énergétique ou l’exécution d’autres calculs ou essais à cette fin.

Le système de cote ÉnerGuide (SCÉ) est l’outil de modélisation du rendement utilisé au Canada pour déterminer le degré d’efficacité énergétique, alors que HOT2000 est le logiciel d’analyse utilisé pour calculer la consommation énergétique estimative d’une maison. Ladite consommation est comparée à une valeur de consommation de référence et une cote SCÉ allant de 0 à 100 est attribuée à la maison. Le Code national du bâtiment du Canada (CNB) 2012, sur lequel bon nombre de codes provinciaux du bâtiment sont fondés, suggère qu’une nouvelle maison doit présenter une cote SCÉ d’au moins 80. On peut obtenir une telle cote en s’assurant que la maison comporte une isolation adéquate des murs et du grenier, que les fenêtres et les portes extérieures sont efficaces du point de vue énergétique, et que la maison est étanche afin de bien conserver sa chaleur. Une maison doit aussi comprendre des appareils et des services mécaniques écoénergétiques, notamment un équipement de chauffage local à haute efficacité, un chauffe-eau et un ventilateur-récupérateur de chaleur.

Le système de cote ÉnerGuide peut quantifier l’effet écoénergétiques des systèmes mécaniques à haute efficacité et des systèmes d’énergie renouvelable (p. ex. photovoltaïque, pompe géothermique). Toutefois les provinces ont la possibilité d’établir des exigences minimales différentes en ce qui a trait à l’enveloppe du bâtiment. Par exemple, la Colombie-Britannique exige qu’une maison réalise une cote SCÉ de 80 uniquement grâce aux caractéristiques intégrées dans l’enveloppe du bâtiment. De même, les exigences du ministère de l’Énergie des États-Unis, décrites dans le code américain International Energy Conservation Code (IECC) 2012, ne permet aucun échange d’énergie renouvelable ou mécanique.

Dans le cas d’une maison en bois rond, interdire les échanges a des répercussions importantes. Les murs en bois rond formant l’enveloppe d’un bâtiment peuvent difficilement respecter les exigences minimales prescriptives en ce qui a trait à la résistance thermique (valeur « R »). Lors du calcul de l’énergie, leur valeur R plus faible entraîne un déficit énergétique qui doit être compensé par d’autres parties de l’enveloppe du bâtiment afin d’atteindre un SCÉ 80. L’emploi de billes en bois rond plus épaisses ou d’une essence moins dense (cèdre par rapport au Douglas taxifolié, par exemple) permet d’améliorer la cote de rendement énergétique. Toutefois, l’ajout d’isolant dans le grenier et les fondations, l’utilisation de fenêtres à triple vitrage et d’un ventilateur-récupérateur de chaleur pourra être nécessaire pour réaliser la conformité aux nouvelles exigences en matière d’énergie.

Les exigences en matière de consommation d’énergie des maisons sont continuellement modifiées tant au Canada qu’aux États-Unis, et l’on s’attend à ce que les exigences qui seront présentées dans l’IECC 2015 dans ce domaine soient de 50 % inférieures à celles établies dans l’IECC 2006. Les fabricants de maisons en bois rond doivent continuer à améliorer le rendement de leurs bâtiments en les rendant plus étanches à l’air grâce à l’utilisation de joints d’étanchéité, et en portant une attention particulière à tous les raccords entre les billes de bois rond et les autres assemblages.

Collaborer avec des vérificateurs en efficacité énergétique dès le début du processus de construction est la meilleure façon de déterminer de façon optimale les caractéristiques à attribuer à l’enveloppe du bâtiment et aux systèmes mécaniques. Effectuer un test d’infiltrométrie dès la fin de la construction de l’enveloppe permettra aussi de déceler les zones potentielles d’infiltration d’air et fournira un moyen efficace de les corriger avant que la maison ne soit terminée.

Pour de plus amples renseignements, communiquer avec Dalibor Houdek par téléphone au 780-413-9031 ou par courriel.

 

Contactez-nous

 

 

 

 
 

   

www.fpinnovations.ca | www.valeuraubois.ca

© 2013 FPInnovations. Tous droits réservés. Reproduction et diffusion interdites.
MD Le nom, les marques et les logos de FPInnovations sont des marques déposées de FPInnovations